La blockchain

Le web, tel qu’il est devenu après 25 années de montée en charge a fini par effrayer son propre concepteur, le professeur Tim Berners-Lee, citoyen britannique, principal inventeur du World Wide Web au tournant des années 1990.

Conçu au départ pour aider la communication entre chercheurs, le Web a dépassé de loin ses ambitions initiales, mutant à jamais la surface de globe ainsi que l’ensemble de nos propres habitudes. 28 ans plus tard, le visage d’Internet a bien changé et son objectif originel d’aider les individus à créer et à échanger, a fini par se pervertir dans l’intrusion en masse de captation de données à notre insu, l’espionnage, les fakes news, la suppression de contenus, les spams, les publicités intrusives allant jusqu’à la difficulté de trouver certaines informations sans être redirigé sur des contenus commerciaux, etc. Puis, Internet a vu naître les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)  qui jouissent désormais de monopole naturel car les internautes se rassemblent là où l’offre est la plus importante.

S’enrichir n’est pas un problème, mais au sein d’une économie de marché, toute situation de monopole crée in fine un affaissement de l’offre, un contrôle abusif sur le prix et à des pratiques bâtardes qui s’imposent à tous les consommateurs ; notamment avec l’arrivée du big data, une mine astronomique de données sur nos propres vies, mais également une source de revenu démentielle pour ces possédants qui contrôlent aujourd’hui le monde.

Pour de nombreux sujets, la blockchain s’affirme comme une solution inespérée pour redistribuer les cartes, le pouvoir, la transparence et le respect de la vie privée. Pour Pierre Noizat, fondateur de Paymium : “la décentralisation des serveurs est un enjeu majeur économique et démocratique. Economique d’abord, car aujourd’hui, un serveur central (toujours américain) capture toutes les données dans chaque secteur : Amazon, Apple, Uber, Google… La valeur ajoutée est ainsi aspirée par la Silicon Valley. Politique ensuite, car ce mécanisme aboutit à un appauvrissement des classes moyennes. Il n’y a plus de redistribution par l’impôt, puisque ces entreprises font toutes de l’optimisation fiscale.”

C’est ici que réside toute la potentialité de la blockchain et des crypto-monnaies en offrant une seconde chance à Internet, et c’est Vitalik Buterin qui ambitionne le plus sur cette refondation avec La blockchain Ethereum qui vise à créer des milliers d’applications décentralisées (d-app) qui redistribueront naturellement le pouvoir en s’attaquant frontalement aux géants d’Internet, puis en recréant l’ensemble des services en ligne que nous connaissons.

La blockchain vise à réinventer l’ensemble de l’économie numérique en remettant consommateur et fournisseur en relation directe au sein d’un système permettant de promouvoir la confiance.

Reformulation synthétique issue d’un passage de l’excellent ouvrage de Stéphane Loignon : Big Bang Blockchain, La Seconde Révolution D’Internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here