Lorsqu’on s’intéresse à l’influence monétaire sur les échanges humain, on s’aperçoit historiquement que cette relation repose plus sur des rapports de force que sur des aspects collaboratifs. Duniter utilise la blockchain et le concept du Bitcoin afin de créer les mécanismes de rétribution d’un revenu universel de base à tous les membres de son réseau, mais tout en ayant des principes diamétralement opposés au Bitcoin en ce qui concerne l’identification.

La création monétaire en Europe dépend à 10% seulement de la BCE, le reste est déversé par l’ensemble des banques commerciales par la simple création de jeux d’écritures via le crédit ; ce qui participe constamment au gonflement de la dette. Lorsque nous réalisons un prêt auprès d’une banque pour acquérir un bien, cet argent n’existe pas, la banque inscrit une écriture électronique au crédit de notre compte, puis au débit du sien, et la banque perçoit ensuite des intérêts sur cette somme qu’on lui rembourse, dégageant in fine, un résultat positif. Il s’agit donc d’un simple rapport commercial dans le but est de dégager un bénéfice. L’origine de la création monétaire provient donc d’abord de l’engagement que l’on porte à rembourser un prêt par le biais de notre emploi ou des bénéfices futurs d’un projet quelconque pour le cadre des entreprises.

Actif décentralisé, la monnaie libre Ğ1 n’a pas de banque, tout comme elle ne génère pas de dettes. A l’image d’un Bitcoin alternatif, Ğ1 fonctionne sous le même principe, sauf que chaque membre du réseau reçoit toujours la même somme et qu’aucun membre ne paye pour çà. Le Ğ1 appartient donc à tous. En rejoignant le réseau Duniter, chaque membre est crédité chaque jour de 10 unités et devient co-créateur du Ğ1 sans rien faire, grâce à la création des nouveaux jetons émis par les membres du réseau.

Par contre, à la différence du Bitcoin, chaque membre doit s’identifier de manière transparente afin de légitimer un mécanisme de “toile de confiance” (Web of Trust = WoT). Cela implique que chaque membre à l’obligation de valider son identité auprès de plusieurs membres du réseau et, de renouveler cette validation de temps en temps afin que la confiance soit “réelle” et “vivante”.

Le réseau Duniter est encore énigmatique sur son nombre d’acteur, mais il déploie les fondations d’un système de rétribution égalitaire qui mérite qu’on s’y intéresse. Les crypto-actifs peuvent être un facteur de reconfiguration des échanges dans le monde, et ce qui importe s’attache certainement dans notre questionnement sur le rôle de la monnaie. Duniter désire corriger certaines inégalités en faisant croître le Dividende Universel en fonction du temps, et selon des règles précises permettant aux membres d’obtenir une quantité égale de monnaie sur la période d’une demie vie. Le but vise à permettre à chacun de participer à une économie libre grâce à une monnaie libre.

Pour aller plus loin, et selon la Théorie Relative de la Monnaie, qui est le fil conducteur du projet Duniter, l’économie libre se définirait ainsi suivant ces concepteurs :

  • La liberté de choisir son système monétaire : parce que la monnaie ne devrait pas être imposée
  • La liberté d’accès aux ressources : parce que nous devrions tous avoir accès aux ressources économiques et monétaires
  • La liberté d’estimer et de produire de la valeur : parce que la valeur est une notion relative à chaque individu, dans l’espace et le temps
  • La liberté d’échanger dans la monnaie : parce qu’il n’y a pas de raison qui impose de mesurer les prix dans une monnaie non-choisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here