Satoshi Nakamoto semble s’être inspiré des rendements décroissants.

“En économie, la loi des rendements décroissants énonce le principe selon lequel le rendement marginal (ou productivité marginale) obtenu par l’utilisation d’un facteur de production supplémentaire (la terre, le capital, le travail ou autre) diminue, toutes choses égales par ailleurs (les autres facteurs restant fixes). Le facteur de production en question est traditionnellement le travail ou le capital, mais le raisonnement a été étendu à d’autres champs. Elle est aussi connue sous le nom de la loi des proportions variables, loi des rendements non proportionnels ou loi des rendements marginaux décroissants. Source : Wikiwand

Pour créer des bitcoins, les mineurs doivent utiliser la force de calcul de leurs ordinateurs (grâce à leur micro-processeur) afin de valider des transactions. Les transactions sont validées toutes les 10 minutes dans un bloc de 1 mégaoctet. Lorsqu’un bloc est validé, le mineur est récompensé par un montant en BTC. Au début du lancement du BTC, les premiers blocs étaient récompensés par 50 BTC, ensuite, tous les 4 ans, la récompense est divisée par deux.

Les premiers mineurs étaient donc beaucoup plus rétribués qu’ils ne le sont aujourd’hui, ce qui est normal, car ils prenaient un risque dans une aventure qui n’avait pas encore fait ses preuves. Puis l’évolution du BTC a gagné en légitimité et les mineurs, quant à eux, prennent moins de risques, ils sont donc alors moins rétribués en BTC. Néanmoins, le minage reste toujours rentable. Ce système est plus équilibré que dans une sphère où l’on distribuerait d’un coup l’ensemble des BTC.

Plus concrètement :

  • Les mineurs génèrent 6 blocks par heure, ce qui représente environ 210 000 blocks par cycle de 4 ans
  • La somme des récompenses par blocks 50+25+12.5+6.25+3.125+1.5625+…=100
  • 210 000 X 100 = 21 000 000

Egalement, 1 Bitcoin est aujourd’hui divisible jusqu’à 8 décimales après la virgule, et on nomme cette unité le Satoshi.

1 Bitcoin = 100.000.000 Satoshis, 21 millions de Bitcoin = 2.100.000.000.000.000 satoshis.

En conséquence, la masse “monétaire” du Bitcoin pourrait largement suffire pour la planète entière. Et rien n’empêche d’envisager une mise à jour du code source pour augmenter le nombre de décimales après la virgule.

Une fois les 21 millions d’unité atteint, le Bitcoin sera logiquement moins spéculatif et fatalement moins sujet également à une extrême volatilité. La volonté de limiter les Bitcoins donnent de la valeur car c’est la rareté qui fait le prix d’un bien. Si l’on prend l’exemple des métaux précieux, leur prix est d’abord fonction de leur rareté.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here